Critères des expériences

Qu’allons-nous  rencontrer ? Vers qui et quoi nous dirigeons-nous ?

Qu’on les appelle alternative, expérimentation, ou initiative, il existe de nombreuses tentatives d’autonomie de par le monde.  Sur l’éducation, la santé, l’alimentation, etc… On trouve de nombreux exemples les présentant par thématique,  de maniéré « isolée ». Il y a peu d’exemple intégrant toute les dimensions de la vie.

C’est un des premiers éléments nous permettant d’identifier  nos futures rencontres.

La recherche d’intégralité

Ces expérimentations cherchent dans leur organisation collective et matérielle à être autosuffisantes et autonomes sur l’ensemble de leurs besoins de base.

Des expériences concrètes et l’ancrage à un territoire

Nous allons à la rencontre d’expériences concrètes, palpables, existantes, réelles, physiques. Cela induit des initiatives ancrées localement et liées à la vie d’un territoire. Sans ancrage territorial il n’y aurait pas d’expérience. Le territoire participe à la construction de l’identité du groupe.L’échelle peut-être variée : un immeuble, une rue, un quartier, un village, une ville, une région ; mais la forme d’organisation est liée à un espace défini. La comparaison des formes d’organisation choisie en fonction des échelles sera d’ailleurs intéressante.

Des initiatives collectives 

Nous sommes à la recherche de collectifs, de groupes, où des liens humains se construisent, se nouent et se délient… car construire un autre monde et s’affranchir des dominations ne se fait pas seul.

La recherche d’horizontalité

Une recherche d’horizontalité dans l’organisation politique et économique de l’expérience. C’est l’intérêt des personnes et du collectif qui est défendu plutôt que l’accumulation (de biens, d’argent, etc..) et l’expansion. Cette horizontalité peut être poussée à différents degrés. Cependant cela doit être un élément vers lequel tend le groupe. Ces groupes se définissent par l’absence de hiérarchie. L’organisation sans le pouvoir !

Le rapport à l’idéologie dominante

Ces expérimentations interrogent leur relation au système démocratique et économique dominant. Par son prisme, nous pouvons questionner l’inclusion ou l’autonomisation dans le capitaliste.

En Amérique latine,  du Mexique à l’Argentine.

Parce qu’on ne peut pas être partout à la foi. Car il y a un réel désir de découvrir ces terres.

Parce qu’attachés à une éducation populaire politique, on aime Paolo Freire.

L’Amérique Latine car c’est un berceau des modes d’organisation populaire. C’est un terrain qui nous semble très fertile en termes d’initiatives et de diversité des propositions.

Il nous paraît important, quand on cherche à contrer le capitalisme et le modèle de développement  qui l’accompagne, de mettre en avant les pratiques au « Sud ».

 

Voici quelques éléments qui nous permettent d’identifier nos destinations et de construire notre parcours. Il y en a beaucoup d’autres. Ils sont voués à évoluer, chacun sera critiqué et approfondi. Ils sous entendent mille questions. Nous nous y plongeons.

 

Merci à Quinoa et Construire l’utopie qui nous ont permis grâce à leurs travaux d’approfondir ces « critères »  et nos questionnements.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s